Paroles.zouker.com, Toutes les paroles de chansons et traductions


BIENVENUE



Beyoncé, iam, welcome, welcome, yeaiiih, hoooo
Welcome to a place where people lie to your face just to get eternal
Welcome to the human quest,
If you ain't got money you'll pay with pain
Welcome to this world above,
If you had the chance would you come back again
Cause now you're here & no turning back,
Got tears in your eyes mockery on your back"

Akhenaton
Bienvenue là où l'fort tue le faible, où la faim tue de fait
Où la société t'congratule, et t'accepte une fois la fortune faite,
Où les dettes cumulent, où l'crédit accule, des tas d'foyers,
Où les hommes en perte d'idéaux, jurent qu'par les putes dévoyées en vidéo,
Chaque soir c'est la fête, les salons cossus attirent les fesses,
Sur les gros caïds, qui arrosent les guéridons de pure cocaïne,
Ici, les gosses rêvent d'êt'Pirès, beaucoup partent et peu qui restent,
Nombreux sont ceux qui dès 13 ans connaissent leur première ivresse,
Bienvenue là où l'air pollué, par les pots d'échappement déclenchent
Allergies en cascade, et taux record d'O3 dans les bronches,
Douleurs dans les hanches, rien plus d'dangereux qu'la faune humaine
Quand ils explosent un fourgon Brinks sans peine au Tri-Nitro-Toluène,
Les vices connus gênent la machine de l'Etat, les cabinets changent
Laissent la merde en état, peu passent les menottes en métal, on en est là
Ici 300 blindés font c'qui veulent, font comme s'ils vivent seuls
Ramènent tout à leur p'tite gueule, quand mille meurent fauchés dans l'viseur
Bienvenue, après le 11 septembre on évoque une aut'voie
Au silence : dis au revoir, l'enculeur d'aut'fois, dit baiser le monde à haute voix
Où les vieux des pays riches fantasment sur les mômes de Bangkok
Pourquoi donc mettre à part ces connards en taule
Ici on croit moins en Dieu qu'aux fantômes, un hymne sanguinaire
On entonne, partout on sent la peur d'un peuple passé au pantone
L'hiver mange l'été, et l'printemps parfois tue l'automne,
Crie Plus fort, les grands de c'monde, ont égaré quelque part leur sonotone
Bienvenue, mes p'tits anges
Car voici c'monde



Refrain
Beyonce
Welcome to a place
Where people lie to your face
Just to get shit done.
Welcome to the human race
Where if you ain't got money, then you'll pay in pain
Welcome to this world of ours
And if you had the chance would you come back again ?
Cause now you're here there ain't no turning back,
You got tears in your eyes
And the monkey on your back
We all have a purpose in this world
We have to believe that we belong
Can't forget where we came from
We came from love.



Shurik'N
Bienvenue dans c'truc entre enfer et paradis tantôt l'un tantôt l'autre.
Ange et démon s'y disputent le parvis pour enjeu ceux qui s'y vautrent.
Où l'on s'occupe de l'horreur seulement quand elle frappe à nos portes.
Où la rumeur tue sournoisement, vicieux coup de surin dans l'aorte.
Où tu bouffes de la merde chaque jour et on te le dit qu'20 ans après.
Parce qu'en fait ils s'en tapent de c' qu'on pense on l'sait mais ils le diront jamais.
Où on est trop con pour voir qu'un mec est bon bien avant qu'il meure
Puis on se vante de le connaître achetant ses tableaux visitant sa demeure
Bienvenue dans c'monde où on se dit tous égaux blague à part là
L'caniveau là haut c'est les bureaux mais le mieux c'est au milieu
Où on se sait si fragile qu'on prévoit les pièces d'rechange
D'ici peu de temps on s'achètera des jambes en famille le dimanche
Où tout le monde ne mange pas à sa faim lieu de conflit sans fin
Créer dans le fond pour qu'un seul parvienne à ses fins
La misère comme moyen où le supposé mort esclavage sévit encore en divers lieux
Tu vois ! Il y a toujours des grains de poussière vaniteux qui s'prennent pour des dieux
Bienvenue pas à Gattaca mais presque où seul l'élu évite la presse
On parque le reste en attendant que vieillesse se manifeste,
Où on parle présélection, d'amélioration, transformation
Génétique, c'est pas magnifique une armada de super soldats de plomb
Où on s'tue pour un bifteck ou un bifton
Où on entend le mensonge aveugle, on voit pas l'illusion, envolée la laine du mouton
Je t'annonce le sombre, parce que le clair, j'préfèrerais qu'tu le découvre,
Allez petit ! Lance toi t'inquiète fonce ! Moi, j'te couvre .


Refrain
Beyonce
Welcome to a place
Where people lie to your face
Just to get shit done.
Welcome to the human race
Where if you ain't got money, then you'll pay in pain
Welcome to this world of ours
And if you had the chance would you come back again ?
Cause now you're here there ain't no turning back,
You got tears in your eyes
And the monkey on your back
Bienvenue dans ce monde, Welcome to this world
Bienvenue dans ce monde, Welcome to this world
Bienvenue dans ce monde, Welcome to this world
Bienvenue dans ce monde, Welcome to this world




Pause



Shurik'n
Tout s'mate à la loupe, chaque faits et gestes
Souhaitant qu'on s'loupe
Mais tous savent qu'au mic ça shoote sec
Ca dissippe les doutes
Un shure un beat les couilles mec
Y'a qu'ça pour faire la route
Loin des criques , des douilles, des shows, des bizs
Où l'under grouille, mater la rime
Ca on sait l'faire et on s'applique
Par estime pour l'art séculaire
Rap fanatique tel est l'style
Acéré durement asséné
Chaque swing fouette nous rappelant
Qu'un mic c'est fait pour lascérer
On persévère tant pis pour leurs airs sévères
C'qu'il faut c'est qu'on puisse sévir
S'évertuer à faire qu'nos frères savourent ces vers
On veut ça clair de toutes façons c'est l'seul critère
Souvent sabre au clair sur track
On s'enlise pas, dans les fondrières, la devise : avancer
Gonfler la mise, risque maximum pris
Toujours créer la surprise
Conscients qu'l'art meurt amarré
On garde l'esprit ouvert
Scotchés sur nos rails
Contre vents et marées
Donc réalise c'que t'as devant toi
Rien n'le divise
Solide bloc où rage et perfecionnisme rivalisent,
Pique ta crise si tu veux
Mais le mieux c'est qu'tu fasses place
Le hip-hop lâche à nouveau ses lâmes les plus fines


Refrain
C'est vrai qu'habitude j'ai l'verbe strict
Pas l'genre à faire des fioriture cru lyricist
Ouais mais là j'fais une pause
Et tu sais qu'il en faut à p'tites doses, ouais
C'est vrai que bien souvent
J'ai la plume grise, rappe, constat
J'oublie pas le contrat mais j'sens qu'sur c'coup-là
Faut qu'j'marque une pause
Et Dieu sait qu'il en faut à p'tites doses, ouais


Akhenaton
J'aime injecter le sens dans mes vers
Distance dans mes verbes
Insuffler la transe dans les chairs et du nerf dans mes termes
Mais là relâche les maxilaires, distille l'art de l'arsenal
Qui s'cacha dans la masse capillaire
Souvent lapidaire, mon baromèt' de base c'est l'épiderme
Là où c'rap germe, s'terrent des lyrics fermes, des ex-droits
Y rampent, non ! pire ils s'trainent, un peu d'tenue merde !
C'est quoi c'bazar ? Ils bazardent des passagers asa
Leur besace c'est la zup, et l'style le hazard
Elevé à ça en bas âge, voici un MC en balza
IAM pour Mars, Casa, Palerme, tipaza, Dakar et Brazza
Pas d'branlette issue du salon du Plaza
J'rappe comme j'parle, et parle comme j'rappe, à l'instinct
Style cru ou let's dance, active ce réseau d'rap clandestin
Bien restreint, les bons soldats sont rares de nos jours
Donc peu d'lyrix débiles baladent dans l'air de nos jours


Refrain


Freeman
Ramassée où dégain va, où s'trouve la poisse la baise
Pourtant on s'distingue, gars, par nos plumes, la braise
Tout passe par l'rêve d'gosse, j'constate
J'entends qu'mes proses s'tatent et qu'mes phases fusent
V'la l'Free fauve, en plein job
On s'ramène avec mes potes, pour ces putains d'daubes
On reste dans l'jeu, mec, et choc les envieux
Mon n'veu, c'est du hip-hop qu'on cause, on connaît l'enjeu
Après c'qui sort, c'qui score, on l'crie fort
Aux monitors, qui s'tord sous l'poids d'mot gore
L'but faire bouger l'corps encore et encore
L'accord c'est d'tenir l'mic à la vie à la mort
Normal qu'on s'bouge donc on est la putain d'souche
Les putains d'MC qui jamais s'couchent
A ton avis pourquoi on est là baba
Pour l'amour d'notre son, et qui l'suivra l'vivra
Qui verra qu'notre zic, c'est 10 bras
Qui t'secouent l'cerveau, en même temps la science qui nous motiva
Et avec un mic, donne le ton, sous main scellée
Et en c'moment très précis, on m'demande d'exceller, donc

Refrain



Langue : Francais
Genre : Reggaeton
Interprete : iam, beyonce
Année : 2003

© 2008 - paroles.zouker.com - Texte soumis aux Droits d'Auteur.
Réservé à un usage privé ou éducatif.